S'extraire du réel

Enrico Rapella

Voile bleu bureau

Fraîchement diplômé de la Design Academy d’Eindhoven, Enrico Rapella développe une série d’objets minimalistes et aériens. Porté par une volonté d’examiner les matériaux au plus près, de les disséquer jusqu’à en saisir les limites, le jeune designer souligne ses objets par des contrastes de volumes, de formes et de surfaces. C’est sous le prisme de l’architecture qu’il développe sa pensée, méthodique, soucieuse de l’espace environnant, attachée à la fonction.

Il a récemment réalisé un bureau atypique, Soft Spot. Fixé sur un rail, le bureau métallique est entouré d’un voile léger, étirable ou rétractable selon l’envie. Pour Enrico, il s’agit à la fois de proposer un espace intime, de protéger celui qui s’installe à la table des regards intrusifs, sans pour autant le couper du monde. Le voile apparaît ainsi comme une barrière subtile et accueillante. Il habille l’espace comme un élément de décors, discret par sa finesse et apaisant par son bleu pâle.

Toujours dans ce désir d’aller au-delà de la fonction première de l’objet, le designer réalise Harversting Heat, un tabouret qui retient la chaleur naturellement. Il porte son choix sur la céramique pour l’assise et le liège pour la structure. « En connectant des éléments en céramique à des radiateurs, il est possible de récolter de la chaleur qui peut ensuite être déplacée dans l’espace et branchée sur les meubles. Une fois réchauffés, ils peuvent être placés sur des bancs, des tabourets ou des repose-pieds en liège qui, grâce aux propriétés isolantes du matériau, n’absorbent pas la chaleur de la céramique. »

tabouret céramique liege
tabouret cérmique siege liège blanc

Chez Enrico Rapella, le beau ne suffit pas, la fonction simple non plus. L’objet doit apporter autre chose. Il doit permettre à celui qui l’utilise de s’extraire – Le voile flottant sur le rail nous éloigne et nous isole d’un espace visuel brouillé. L’assise en céramique produit chez celui qui s’y installe un sentiment de réconfort, elle l’extirpe délicatement de son environnement.


Enrico Rapella participera, si le monde redevient comme avant, au Salon du meuble de Milan, en Septembre prochain.

Article: Alice Lahana

Crédits photo: Enrico Rapella

https://www.enricorapella.com/

autres articles

unebp

Isthmus

L’édition Isthmus retrace la déambulation du photographe Benjamin Pfau en Asie du Sud Est. Attiré par l’étrange et l’intime, il explore aussi bien les rues grouillantes de Bangkok que la jungle du Laos. Du portrait d’un inconnu à l’apparition divine, ses photographies sont un pas dans l’obscurité et l’évanescence…

une

saisir l’insaisissable

Le photographe belge Philippe Braquenier capture à l’argentique l’accumulation sans fin de données, stockées dans d’immenses data-centers . Véritables sanctuaires de l’information..

articleUne

Les ambiguïtés

Fabriquées à la main, les pièces sculpturales du designer Sigve Knutson oscillent entre abstraction et futurisme, design et artisanat. Souvent ludiques, plus rarement fonctionnelles, elles évoquent des statuettes primitives et s’installent dans l’espace telles des personnages imaginaires…

© L’Observatoire Magazine – 2019