ah/OK

fruit de la passion

Claudia Carieri et Francesca Errani se découvrent une passion mutuelle pour le dessin abstrait il y a 6 ans, lorsqu’elles étaient encore employées pour une grande compagnie. Ensemble, ces deux designers créent AH/OK Studio à Milan et donnent vie à leurs dessins à travers l’impression textile. Une ligne de kimonos et de blouses voit alors le jour. Le contraste des couleurs est saisissant. Elles captent le regard et donnent aux pièces une chaleur et une luminosité.

Interrogées sur leur démarche, Claudia et Francesca nous parle de leur processus d’exploration.

« Dans un premier temps, nous dessinons les motifs sur différents supports. Nos techniques sont assez variées, cela va du collage à la peinture. Puis dans un second temps, nous imaginons ces motifs sur du textile. Dans cette phase là, nous explorons les variations de couleurs, la répétition des formes… Il nous faut à ce moment-là imaginer comment le motif peut s’adapter au mieux à la coupe du vêtement. Il n’aura pas les mêmes proportions sur un kimono ou sur une blouse. Notre fournisseur imprime ensuite ces motifs sur plusieurs mètres de tissus. »

Pour le tissu, AH/OK porte son regard sur des textures douces et fines comme la soie et la laine. « On travaille avec des fournisseurs locaux basés à Côme. Ce sont des personnes soucieuses de produire une impression de qualité. » Les coupes sont amples et offrent une liberté de mouvement. Le vêtement semble flotter sur le corps. «  Pour nous le vêtement donne vie aux motifs.  »

Edito: Alice Lahana

Crédits photo: Claudia Zalla

https://ahok.studio/

autres articles

costard groupe hommes

Corporate

Satire d’un monde du travail au bord de l’implosion, les photographies de l’allemand Jakob Schnetz, frappent par leurs couleurs et leurs compositions aussi détonantes que calibrées. A travers son objectif, Jakob questionne, dénonce, pointe les mécanismes de l’économie capitaliste et installe une atmosphère à la fois troublante et drôle…

une

Womb

Jeune photographe française, Lucile Boiron explore le transit du corps humain et d’autres formes de vie organiques. Ses images nous atteignent par ce qu’elles ont d’intime et parfois nous gênent.  À l’occasion de la sortie de son livre Womb en Septembre 2019, L’Observatoire a demandé à Lucile de nous donner un aperçu de son travail photographique..

une

Sur le bord

Pour l’artiste norvégienne Lilian Torlen, l’expression prime sur la fonction. Réalisés en série, ses vases s’affaissent et se courbent comme pour s’échapper du lieu pour lequel ils ont été pensés. Un objet émeut rarement, mais ceux là y parviennent. Ils reflètent ce que nous sommes et nous invitent à l’introspection…

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu