alexey shlyk

do it yourself

Alexey photographie potato picker

Diplômé de mathématique en 2008, Alexey Shlyk quitte son pays natal, la Biélorussie et s’installe en Belgique. Il intègre la très réputée Royal Academy of Fine Arts à Antwerp où il étudie la photographie. A travers sa dernière série Appleseed Necklace, le photographe pose un regard satirique sur son enfance vécue sous le régime soviétique en Biélorussie.

 

alexey shlyk he weight lifter

Alexey dévoile avec une certaine forme d’humour et de nostalgie une série de photographies sur la culture DIY (do it yourself), omniprésente à l’époque dans des foyers marqués par la pénurie.
Les familles n’avaient d’autres choix que de développer des moyens alternatifs pour pallier à leurs besoins. Les objets domestiques étaient alors ré-adaptés et prenaient place dans le quotidien sous une infinité de formes.

 

«  Je parle de créativité, de savoir-faire, de diligence et du recyclage typique qui étaient naturels pour les personnes vivant dans des conditions de pénurie constante. C’était une époque où il fallait soit trouver un moyen de «capturer» ce qui était nécessaire, soit en faire un matériel accessible.  »

Alexey Shlyk moonshine apparatus

Fabriqués par ses soins, les chapeaux en papier, altères en briques et accessoires de beauté réjouissent par leur sobriété. On rit bêtement face à leurs caractères incongrus et à l’étrange douceur qui s’en dégage. Le photographe tire de son enfance déroutante un regard bienveillant et en dépeint un monde audacieux.

alexey shlyk paper hat

Texte: Alice Lahana

Crédits photo: Alexey Shlyk

https://www.alexeyshlyk.com/

autres articles

une

Duo agile

Episode Studio voit le jour en 2018 entre Milan et Paris. Ses deux créateurs, Marina Daguet et Nathan Baraness célèbrent le quotidien en donnant grâce à d…

simone holliger

Les formes libres

Les sculptures de Simone Holliger envahissent l’espace autant que nos esprits. Flottantes, difformes, majestueuses, elles nous dominent avec une assurance troublante. On se sent petits mais étrangement apaisés. Peut être parce qu’elles invoquent en nous des souvenirs d’enfance ou bien parce qu’elles nous projettent dans un décor de théâtre – abstrait, coloré, silencieux. Crayonnées pour …

une

Les mirages

L’espace est presque vide, seuls les murs sont habillés. Par la grande vitre de la galerie Chloé Salgado, on aperçoit d’abord une pièce en céramique de l’artiste Côme Clérino, fixée au niveau du regard. De l’autre côté, l’artiste Camille Benarab Lopez y a suspendu …

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu