Atelier bartavelle

itinérance

atelier-bartavelle-itinérance-grèce-collection-slow-fashion-paris-studio
Fondé en 2014 par Alexia Tronel et Caroline Perdrix, l’Atelier Bartavelle présente une ligne de vêtement féminine, solaire et minimale. Ces jeunes créatrices affirment à travers leurs collections une volonté de créer une mode éthique, à contre-courant des grands circuits de production. Particulièrement attachées à leurs cultures méditerranéennes, les deux femmes d’origine marseillaise nourrissent leurs recherches par des rencontres et des collaborations avec des acteurs locaux. Depuis 2018, elles parcourent la Méditerranée dans le cadre de leur projet associatif ITINÉRANCE.

Pourriez-vous nous en dire plus sur le projet Itinérance?

Alexia : ITINÉRANCE c’est un projet associatif qu’on a en parallèle de notre marque Atelier Bartavelle pour aller beaucoup plus loin dans notre engagement. L’objectif de ce projet est de créer des initiatives positives et engagées dans la mode en Méditerranée. A partir de 2018, nous parcourons 5 pays du bassin méditerranéen — Grèce, Tunisie, Liban, Maroc, Turquie — pour réaliser 5 éditions limitées de vêtements en collaboration avec des acteurs locaux.

Caroline : Nous développons un projet entièrement local pour s’interroger sur le sens de la mode et valoriser la place de chaque acteur dans le processus de création et de production.

D’où vient cette volonté d’installer votre pratique dans le temps ?

Caroline : Construire ce projet c’est prendre le temps de rencontrer vraiment les gens. De nouer des relations. Cet été, je suis restée 2 mois sur l’île de Tinos dans les Cyclades pour tricoter au quotidien avec les yayas (grand-mères). Cette expérience montre que le tricot est vecteur de lien social… et ce grâce au temps.

Alexia : Le slow c’est une véritable philosophie qui s’applique à tous les domaines contre l’accélération sociale du temps ! C’est la volonté de sortir d’un système de consommation – du temps et des ressources – qui n’a plus de sens pour nous. Cette réflexion se traduit dans notre travail par la slow fashion et le slow business.

Pourriez- vous nous en dire plus sur ce processus de travail ?

Alexia : Pour la mise en place du projet, nous identifions tous les acteurs d’une édition en amont. Mais c’est la rencontre qui détermine nos collaborations.

Caroline : Pour le processus créatif, ce sont des envies avant tout. Je puise dans beaucoup de références diverses, cette curiosité vient rythmer mon quotidien . Et surtout être en mouvement c’est nourrissant.
Votre processus créatif repose sur une économie en circuit court. Vous arrive t-il parfois, dans un désir de développement de la marque, d’imaginer travailler autrement?
 
Alexia : Pour Itinérance, chaque édition, nous cherchons à créer ensemble avec des ressources et des acteurs locaux. Ce n’est pas toujours facile et c’est le challenge. L’important c’est de s’interroger. On souhaite avant tout participer à un écosystème qui génère un cercle vertueux avec un impact social et/ou environnemental.
 
Caroline : Nous sommes très heureuses d’avoir mis en place un modèle qui nous ressemble : avec la marque Atelier Bartavelle et l’association Itinérance. Pour le moment, on est heureuses de travailler à notre rythme et ensemble. Et on a plein d’envies pour la suite !

 

atelier-bartavelle-itinérance-grèce-collection-slow-fashion-paris-studio
atelier-bartavelle-itinérance-grèce-collection-slow-fashion-paris-studio
atelier-bartavelle-itinérance-grèce-collection-slow-fashion-paris-studio-banane
sac-atelier-bartavelle-itinérance-grèce-collection-slow-fashion-paris-studio

Interview: Alice Lahana

Crédits photo: Itinérance / Grèce par Chaumont Zaerpour (1,2,4)

                    Vidéo par Nicolas Moreau & Moussakis

                    Itinérance/ Marseille par Francesca Ferrari (5), Caroline Perdrix et

                    Timothée Magot (3,6)

https://www.atelierbartavelle.com/

autres articles

une

Womb

Jeune photographe française, Lucile Boiron explore le transit du corps humain et d’autres formes de vie organiques. Ses images nous atteignent par ce qu’elles ont d’intime et parfois nous gênent.  À l’occasion de la sortie de son livre Womb en Septembre 2019, L’Observatoire a demandé à Lucile de nous donner un aperçu de son travail photographique..

rosanna lefeuvre tapisserie drapé femme

Tisser l’intimité

Fruit d’une élaboration artisanale consciencieuse, les tissages de Rosanna Lefeuvre captivent par leur préciosité. Chaque fil blanc est étudié pour recevoir une couleur, saisir une lumière ou contenir une ombre..

une

Regards Croisés – Episode 1

À la suite de l’exposition Cumulables, Mathilde Rouiller, chercheuse indépendante en performance et en design s’est entretenue avec les jeunes exposants pour saisir leurs..

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu