aure studio

penser les bases

aure-studio-copenhague-slow-fashion-unisex-basic-coton-design-shop
Basé à Copenhague, Aure Studio offre une vision épurée et sensible de la mode. Préoccupé par les questions environnementales, ce groupe de créateurs nous invite à considérer la décroissance et à entrevoir le vêtement autrement.

Pourriez-vous nous présenter votre studio?



Aure Studio est composé de quatre amis norvégiens aux connaissances et aux savoirs-faire différents. Nous partageons une esthétique commune et un intérêt pour l’expression visuelle et les beaux objets. Nous venons d’ouvrir notre propre studio/boutique dans le centre-ville, où nous réalisons différentes créations, du vêtement à la sérigraphie en passant par des objets d’intérieur. Nous proposons également une petite sélection de certains de nos designers et artistes préférés.



Comment définiriez-vous vos vêtements?



Notre collection de vêtements est unisexe et intemporelle. Nous travaillons en dehors des saisons classiques de la mode et souhaitons que notre ligne de vêtements évolue lentement, plutôt que de changer plusieurs fois par an. Nous utilisons des matières naturelles et notre processus repose sur l’envie d’adapter le vêtement en fonction de la personne. Observer la façon dont nos clients s’approprient notre collection fait partie intégrante de notre réflexion.

 
 

Quelles sont les raisons qui se cachent derrière l’idée d’une collection unisexe?

 

L’idée qu’un vêtement ne soit pas spécifique à un genre nous intéresse beaucoup. Ca nous donne plus de liberté et nous stimule à penser des ajustements et des coupes aussi amples que précises.




Pourquoi est-ce important pour vous de penser minimal?



Notre esthétique est relativement épurée et minimale. C’est un point de rencontre entre nos pratiques et c’est un moyen pour nous quatre d’évacuer les choses sans importance et de se concentrer sur l’essentiel. A travers notre collection, nous souhaitons faire passer le style avant la mode, c’est à dire  créer quelque chose de simple pour que les gens puissent laisser leur propre marque et intégrer le vêtement à long terme dans leur garde-robe.

Pourriez-vous nous en dire plus sur les étapes de votre création?



Nous développons tous nos dessins, modèles et prototypes dans notre studio à Copenhague. Nous collaborons également avec des designers et des teinturiers locaux pour des éditions limitées. Notre production est réalisée au Portugal et en Lituanie, ce qui est assez pratique pour notre studio en raison de la distance, mais aussi parce que ce sont des pays réputés pour offrir une main d’oeuvre de très bonne qualité et pour avoir un système de production qui s’adapte très bien à des studios de création qui, comme nous, produisent en petite quantité. Les ventes se font depuis notre magasin à Copenhague puis à travers notre boutique en ligne. Mais certains de nos produits sont aussi disponibles chez des revendeurs sélectionnés dans différents coins du monde.

 

Qu’est-ce-qui vous attire dans le coton ?



Le coton est apparu comme un choix évident pour nos premiers vêtements car il a l’apparence que nous recherchons. Nous voulions conserver l’aspect brut et inachevé du coton non teint. Ce que nous aimons dans les fibres naturelles, c’est qu’elles se muent suivant la manière dont on les porte et on les traite, alors que les fibres synthétiques sont assez statiques. Mais nous allons sûrement aussi travailler avec d’autres fibres, comme le lin ou la soie.

Aure Studio Collection Unisexe

Interview: Alice Lahana

Crédits photo: Aure Studio

http://www.aurestudio.com/

autres articles

une

Les mirages

L’espace est presque vide, seuls les murs sont habillés. Par la grande vitre de la galerie Chloé Salgado, on aperçoit d’abord une pièce en céramique de l’artiste Côme Clérino, fixée au niveau du regard. De l’autre côté, l’artiste Camille Benarab Lopez y a suspendu …

une

Men don’t play

Jeune photographe autrichien, Simon Lehner explore le concept d’hyper-masculinité à travers sa série Men don’t play.
Fruit d’une longue immersion dans des camps de simulation de guerre en Hongrie, son projet nous transporte dans …

une

La forme avant tout

Ce n’était pas une évidence. Il n’en rêve pas depuis tout petit. Pourtant face à ses objets, on se demande comment il a fait pour ne pas avoir la révélation plus tôt. Helder Barbosa s’était imaginé travailler dans la communication mais après des études qui n’éveillaient en lui ni la curiosité, ni l’enthousiasme, il éprouve l’envie d’exploiter ses mains plutôt que sa voix…

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu