Regards croisés

episode 1 : les cumulables

À la suite de l’exposition Cumulables, Mathilde Rouiller, chercheuse indépendante en performance et en design s’est entretenue avec les jeunes exposants pour saisir leurs point de vues sur le design d’aujourd’hui, les enjeux qu’il comporte, l’esthétique et la philosophie qu’il transmet. Ces regards croisées seront publiés sur l’Observatoire, sous forme de courts épisodes. Voici le premier.

table les cmulables exposition

En interrogeant les designers de la première édition de Cumulables, un vocabulaire commun se dessine. Il s’étend à travers les termes de tension, d’assemblage, de limite, côtoyant le lexique plus établi du design. Il ré-emploie alors la forme, la matière, et la création. Il invite à repenser le rôle du designer à travers sa dimension créatrice mais également dans les modèles de production qu’il emploie.

 

En Avril dernier, Lorette Colé-Duprat et Laurène Guarneri nous ont invité à découvrir à travers leur concept Cumulables – mis en scène rue de Turenne à Paris dans un espace blanc, ni concept store, ni galerie – des œuvres de la jeune création contemporaine. Dans ce lieu hybride, elles ont voulu ré-envisager l’identité du white cube. D’abord par la scénographie et la signalétique qui décalaient les rapports de verticalité et d’horizontalité, segmentant l’espace et les interactions entre les différentes pièces, ne laissant que peu de place à l’isolement. En activant la fonctionnalité propre à chaque objet, l’intention était de dépasser le côté sculptural de celui-ci, lui redonnant du sens tout en conservant son esthétique.

« On voulait activer quelque chose, créer des propositions sensorielles de l’objet. » nous disent-elles, décrivant l’idée sous-jacente à l’utilisation de compositions florales ; celles de Nue.Paris qui ont habillé les objets pendant trois jours. Des vases, ceux en verre soufflé de Constant Clesse ou encore en céramique de Baptiste&Jaïna ; mais pas que, comme les mugs à croquer de Pia Chevalier qui avaient été serti de fleurs pour l’occasion.

vase exposition les cumulables

Les cumulables s’inscrivent donc dans un processus de création et de présentation, depuis le concept de l’objet et sa création jusque dans l’espace d’exposition ; plutôt que dans le processus de production et de re-production. Il s’agit d’une histoire composée par les différents acteurs qui amènent à créer l’objet et à le faire vivre dans une installation, un futur espace personnel. Ainsi, les Cumulables sont d’abord ces champs de possibilités, de choix, de directions, de processus plus que l’expression d’un total quantitatif.

Cumulables revient cet automne dans une nouvelle édition en partenariat avec une institution culturelle parisienne.

 

Texte : Mathilde Rouiller

Crédits photo: Léon Prost

 

autres articles

une

sutera

La jeune photographie européenne est à l’honneur au 104 , qui accueille jusqu’au 30 juin l’incontournable festival Circulations. Parmi les exposants, on se laisse surprendre par le travail de l’Italien Umberto Coa.

Une

Snapshots, Iran

La photographe australienne Sarah Pannell voyage depuis plusieurs années en Iran. De Téhéran à Trabiz, Elle saisit aussi bien des instants de vie que de vastes paysages pleins de lumière. Ses déambulations urbaines sont pour elle un moyen de s’interroger sur les …

une

Regards Croisés – Episode 1

À la suite de l’exposition Cumulables, Mathilde Rouiller, chercheuse indépendante en performance et en design s’est entretenue avec les jeunes exposants pour saisir leurs..

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu