Deon Rubi

renverse les codes

Les lignes sont aiguisées, les surfaces parfaitement lisses. De l’étonnante chaise en plexiglass, au banc en tube d’aluminium, le mobilier de Deon Rubi est très sobrement magnétique. Argentine d’origine, la designer vit désormais à Miami et fabrique, seule ou accompagnée, des objets aux formes futuristes.


Comment procèdes-tu pour élaborer tes pièces ?

Je travaille principalement le métal et le plastique. Ce que j’aime c’est créer des collections en appliquant le même concept à différents objets. Très souvent, je collabore avec d’autres artisans pour créer mes pièces. Cela me donne une liberté, tant au niveau des matériaux que des techniques. Parfois je supervise, d’autres fois j’assiste. A chaque fabrication, je découvre de nouvelles choses, que j’exploite ensuite dans d’autres projets.

" Dans ma pratique, je suis attachée à la philosophie suivante : toujours prendre le chemin le plus court."

Ton mobilier a une apparence à la fois minimaliste et futuriste. Cherches-tu à créer des objets qui se fondent dans l’espace, ou à l’inverse, qui s’en éloignent ?

En tant que designer, j’ai l’opportunité de créer quelque chose de réel. Ce que je produis peut influencer une personne et avoir un impact sur sa façon de vivre. Dans ma pratique, je suis attachée à la philosophie suivante : toujours prendre le chemin le plus court. Bien sûr, cela nous amène souvent au minimalisme, mais ce n’est pas pour ça que ce doit être ennuyeux.
Je suis autodidacte. Pendant longtemps, j’ai cru que c’était une mauvaise chose mais avec le temps, j’ai compris que c’était ce qui faisait que mon travail était unique. C’est peut être pour ça qu’il y a un côté futuriste dans mes objets. C’est un mélange d’idées passées et présentes, le tout se confond dans ma tête et ce qui en sort est à la fois nouveau et étrange.

Deon Rubi Nun design banc table

"certains artistes se tournent vers le Design comme un moyen de monétiser leur travail. L'idée que le Design est utile peut parfois valider l'acte de création."

Comme d’autres jeunes designers, tu ressens le besoin d’abattre les frontières entre Art et Design. Comment expliques-tu ce désir commun ?

Je créé des objets un peu bizarres. Parfois c’est nécessaire de donner une direction artistique à son objet, afin d’être exposé dans des galeries. Elles ont souvent une clientèle qui apprécie de se procurer des pièces uniques, à un prix élevé. A l’inverse, certains artistes se tournent vers le Design comme un moyen de monétiser leur travail. L’idée que le Design est utile peut parfois valider l’acte de création. Cela étant, je pense que culturellement tout devient plus fluide. Les artistes font des objets design depuis longtemps mais les frontières sont simplement moins visibles à notre époque. Je pense que tout peut servir de moyen à la critique, au commentaire, à la métaphore. Aujourd’hui, l’Art peut être fonctionnel et le Design contemplatif.

tube banc deon rubi

"De voir le monde entier au ralenti me conforte encore plus dans l'idée que nous avons atteint une limite et nous n'avons d'autres choix que de revenir aux bases."

Quels sont tes futurs projets ?

En ce moment, je m’interroge sur la durabilité de l’économie et la survie des petites entreprises. J’aimerais trouver des moyens de rendre le travail de designers indépendants plus accessible, sans que la qualité de leurs objets soit sacrifiée. De voir le monde entier au ralenti me conforte encore plus dans l’idée que nous avons atteint une limite et nous n’avons d’autres choix que de revenir aux bases. Pour nous qui considérions jusque là l’excès comme mesure de réussite, c’est très excitant. Dans ma pratique, je tente d’élaborer de nouvelles techniques de construction tout en produisant des objets traditionnels qui répondent aux besoins de base des individus.

Deon Rubi miroir

Interview: Alice Lahana

Crédits photo: Deon Rubi

https://www.deonrubi.com/

autres articles

une

Les typologies

Au fil des ans, la répartition des rôles entre les deux fondateurs de Studio Mieke Meijer s’est estompée. Celui-ci a maintenant développé une signature unique …

lacube

Dépasse les bornes

Fondé par l’historienne en Art Clara Hernandez et l’artiste-designer Stefano Fusani, La Cube est un studio de design expérimental. A travers l’installation, l’édition d’objets et l’écriture, le duo remet en question la vie matérielle au 21ème siècle et affiche un désir d’abattre les frontières entre les disciplines.

enrico

S’extraire du réel

Fraîchement diplômé de la Design Academy d’Eindhoven, Enrico Rapella développe une série d’objets minimalistes et aériens. Porté par une volonté d’examiner les matériaux au plus près, de les…

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu