Troels Flensted

la maitrise du hasard

Après des études en Angleterre à la Central Saint Martins, Troels Flensted crée son propre studio en 2015, dans sa ville d’origine à Copenhague. Il explore par des processus singuliers et artisanaux des manières d’appréhender la matière.

Flensted-Poured-plate-blue-drawing-casting-pigment-colors-studio-ceramic

La collection Poured offre une série de plats subtilement pigmentés lors du moulage. De ces objets uniques se dégage un caractère organique. La matière sert d’empreinte au geste et révèle des formes libres et longilignes. Troels Flensted voit ses motifs comme « des moment figés » et ajoute: « ils capturent le temps de la création et apparaissent comme des expressions visuelles du processus. »

Avec sa table Fleked, le jeune designer explore un autre type de coloration en intégrant des petites quantités de pigments dans un mélange de poudre minérale et d’acrylique polymère. Chaque couleur est ensuite minutieusement sélectionnée puis coulée dans la matière lors du moulage du plateau et du pied. Les tâches semblent flotter à la surface et hypnotisent par leur infinité.

Flensted-Poured-plate-blue-drawing-casting-pigment-colors-studio
Flensted-Poured-plate-blue-drawing-casting-pigment-colors-studio-ceramic

En 2018, Troels Flensted crée avec la designer Ragna Mouritzen une série d’objets aux lignes aériennes et aux formes géométriques. Habilement façonnés grâce à une machine à tour, ces objets captivent par leur absence de définition et se laissent apprivoiser du regard. Exposée à la biennale du Design Reform 2018 (Munkeruphus, Danemark), la série Revolve questionne notre rapport à la matérialité et s’impose dans l’espace.

Les couleurs pastel contrastent avec la répétition de lignes horizontales. Le duo de designers s’intéresse à la spatialité de l’objet et explique : « chaque pièce commence par une ligne et la manifestation tridimensionnelle de cette ligne se révèle au cours du processus. Les formes et les motifs se dévoilent simultanément tout au long de la création de l’objet. »

Flensted-moulage-artcraft-reform2018-Lobservatoire-magazine-sculpture-design
flensted-troels-design-reform2018-Biennal-Copenhague-sculpture-mouritzen

Texte: Alice Lahana

Crédits photo: Per Krogh (2)

                    Gianni Diliberto (3,4)

                    David Stjernholm (1,5,6,7)

https://troelsflensted.com/

autres articles

une

Trait d’union

Basée à Bruxelles, la designer Amandine David développe avec justesse un travail à la frontière entre artisanat et pratique digitale.
Co-fondatrice de la résidence Hors-Pistes, elle encourage les jeunes designers à croiser leurs techniques et invite au multiculturalisme…

une

Les mirages

L’espace est presque vide, seuls les murs sont habillés. Par la grande vitre de la galerie Chloé Salgado, on aperçoit d’abord une pièce en céramique de l’artiste Côme Clérino, fixée au niveau du regard. De l’autre côté, l’artiste Camille Benarab Lopez y a suspendu …

une

Men don’t play

Jeune photographe autrichien, Simon Lehner explore le concept d’hyper-masculinité à travers sa série Men don’t play.
Fruit d’une longue immersion dans des camps de simulation de guerre en Hongrie, son projet nous transporte dans …

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu