fredrik paulsen

déconstruire

Fredrik paulsen projetto palazzo chaise

Fredrik Paulsen développe, dans son atelier à Stockholm, un mobilier aussi brut que sophistiqué. Attiré par les matériaux de construction, il en explore les limites jusqu’à inventer ses propres techniques, comme le bois qu’il colore par un processus d’absorption très singulier.

fredrik paulsen table projetto palazzo

Comment définirais-tu ton mobilier  ?

Je dirais qu’il est coloré, sans compromis et particulièrement simple.

Qu’est ce que la fabrication artisanale t’apporte en tant que designer  ?

Cela me permet de produire exactement ce que j’ai en tête. Réaliser des pièces uniques ou du mobilier en édition limitée, est un moyen aussi de ne pas investir de grandes sommes. Tout cela me donne une liberté en tant que designer.

 

Tu utilises souvent des matériaux de construction pour créer ton mobilier (mdf, contre plaqué, béton..) Qu’est ce qui t’attire là dedans ?

J’aime utiliser des matériaux dont tout le monde peut avoir accès et surtout des matériaux qui ne sont pas précieux. Révéler ce qui est souvent caché à l’intérieur d’une structure d’un bâtiment est une façon de proposer une autre manière de regarder ce qui nous entoure. Le changement de contexte participe à abattre ces hiérarchies.

fredrik paulsen chaise

A quoi ressemble ton processus de fabrication  ?

Cela ressemble à un dialogue. Dans un premier temps, je tente de comprendre l’essence d’une idée que j’ai en tête et comment l’exécuter aussi clairement que possible. Ensuite, j’expérimente puis je construit des choses dans mon studio.

fredrik paulsen chaise bois coloration

Interview: Alice Lahana

Crédits photo: Fredrik Paulsen

https://www.fredrikpaulsen.com/

autres articles

une

Regards Croisés – Episode 1

À la suite de l’exposition Cumulables, Mathilde Rouiller, chercheuse indépendante en performance et en design s’est entretenue avec les jeunes exposants pour saisir leurs..

articleUne

do it yourself

Diplômé de mathématique en 2008, Alexey Shlyk quitte son pays natal, la Biélorussie et s’installe en Belgique. Il intègre la très réputée Royal Academy of Fine Arts à Antwerp où il étudie la photographie. A travers sa dernière série Appleseed Necklace, le photographe pose un regard satirique …

sb

Fault line

Sophie Barbasch is a New York based photographer. She has been photographing her cousin Adam for 7 years now. As delicate as it is mastered, her serie, entitled Fault Line, captivates by its authenticity. Initially, I contacted Sophie hoping she would comment some of the pictures she shot, but she found a better idea. Because of the beautiful complicity she …

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu