la double clique

bien sous tous rapports

La double clique voit le jour en 2018 à Mulhouse. Ses deux créateurs, Trystan Zigmann et Thomas Roger développent des objets aux formes tubulaires, avec une précision redoutable. Oscillant entre primitivisme et futurisme, ces pots, vases et bols attirent le regard par leurs corps riches en courbes et en verticales. Passionnés par les Arts numériques, le duo a très vite porté son dévolu sur l’impression 3D pour donner vie à ces formes qui jusque là n’apparaissaient que discrètement sur des projets d’affiches ou d’éditions. « Dès notre entrée à Hear (Haute école des Arts du Rhin), on s’est très vite orienté vers une esthétique japonaise. L’enseignement voulait cela et nous aussi. » raconte Thomas. Le minimalisme et les lignes fines règnent dans leur design autant que le souci de se rapprocher de la nature. Pour le studio, cela passe aussi bien par l’élaboration de formes organiques que l’exploration de matériaux naturels comme la poudre de pierre. « On essaye aussi de penser des assemblages primitifs, en maintenant par exemple les différents éléments entre eux avec de la corde. C’est important pour nous d’explorer ce qui nous lie à la nature. »

On pourrait imaginer, un peu naïvement, que l’impression 3D s’opère aussi facilement qu’une impression classique – avec détachement et passivité – mais c’est en réalité l’inverse. Véritable cuisine numérique, les objets de La double clique passent par un nombre d’étapes considérables. « Les matériaux composites sont des matériaux capricieux. Ils ne se laissent pas facilement manier et il faut trouver les bons paramètres pour arriver à les travailler de façon précise.» nous explique le studio.

En cette rentrée , L’Observatoire est heureux de présenter une sélection de créations de La double clique en édition limitée. Chaque semaine, de nouveaux modèles uniques apparaîtront sur le store, pour le plaisir de tous. Pour patienter, on vous laisse découvrir ces objets si singuliers.

Texte: Alice Lahana

Credits © La double clique

https://ladoubleclique.com

 

 

autres articles

davide-allieri-milan-art-billdor2.0

L’image en fugue

Sensiblement influencé par les théories de Gilles Deleuze et George Didi-Huberman, le jeune milanais Davide Allieri explore les concepts d’intangibilité et d’intemporalité. Multidisciplinaire, il porte…

melissa boucher photographie saigon

saigon

Melissa Boucher, diplômée des Beaux Arts de Paris et des Gobelins, offre un travail photographique chargé d’érotisme. Sa dernière série retrace ses déambulations dans les…

une

saisir l’insaisissable

Le photographe belge Philippe Braquenier capture à l’argentique l’accumulation sans fin de données, stockées dans d’immenses data-centers . Véritables sanctuaires de l’information..

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu