regards croisés

les cumulables : épisode 3

À la suite de l’exposition Cumulables, Mathilde Rouiller, chercheuse indépendante en performance et en design s’est entretenue avec les jeunes exposants pour saisir leurs points de vue sur le design d’aujourd’hui. Ces regards croisés sont publiés sur l’Observatoire, sous forme de courts épisodes. Voici l’épisode 3

De nouveaux récits dans le design contemporain

 

Pour ce dernier épisode de la série Cumulables, il nous a semblé essentiel de clore ce développement en montrant combien il était important d’observer la pratique de jeunes designers à la lumière des récits du design contemporain

A partir des représentations que traduisent certaines pratiques, celles d’un design emprunt à la vitesse, aux systèmes de contemplation de la nature ou aux tensions de matériaux artificiels ; la nouvelle génération se réinvente au travers des utilisations de la terre, du sable, du verre, des échelles et des couleurs. Créant sa propre identité ou spécificité à travers un matériau ou des fusions nouvelles de plusieurs, elle fait écho à des problématiques contemporaines telles que la question de notre écosystème ; comme par exemple Roxane Lahidji qui définit son identité comme :

« une rencontre hybride entre recherches de formes et associations de matériaux. La combinaison de ces matières donne prétexte à la fonction, ce qui résulte souvent en une esthétique sculpturale. Je cultive une grande fascination pour la transformation et le changement d’état de la matière, que j’aime faire passer pour une autre, selon le dessein de mon design »

"Plus encore, à travers la technique l’aspect décoratif s’efface pour laisser place à un renouveau de la fonction."

On se retrouve loin des inspirations traditionnelles, du paysage que nous avions l’habitude de voir apparaître au premier rang. Ici, la chimie et l’organique prennent le dessus, laissant place à une nouvelle philosophie du matériau, de l’aspect et du détail. Plus encore, à travers la technique l’aspect décoratif s’efface pour laisser place à un renouveau de la fonction. Ces questions se répètent chez des designers comme Emmanuelle Roule, qui adapte une réflexion sur l’anthropocène, l’habitat et la terre, à différentes échelles, ou pour Studio Baptiste&Jaïna, très à même d’illustrer la question du paysage et de situer alors leurs créations au sein même d’une histoire.

Car il n’y a en effet rien de plus important que le renouvellement du récit dans nos sociétés actuelles qui manquent de couleur, le récit de la forme et dans la forme tout en couleurs. Il nous semble impossible d’envisager des rêves de forme sans récit, sans histoire, ou sans futur. Pour cela, le designer se prête à l’expérience lui permettant de trouver matière à son récit. C’est le cas de Jules Lobgeois qui explique comment sa relation à la marche a été conséquente sur son design :

« J’ai effectué des marches itinérantes dans différents endroits en France (Vercors, Finistère, Golf de Gascogne ..) à l’issue desquelles j’ai produits des objets inspirés de détails qui m’avaient interpellé sur mon chemin. »

Ainsi, ces renouveaux, comme à chaque époque, nous invitent à réfléchir nos cheminements de pensées : de nouveaux modèles de production, pour de nouvelles esthétiques et de nouveaux usages ; assumant pleinement leur rôle discursif, animant alors une certaine vivacité et organicité.

Texte: Mathilde Rouiller

Crédits photo: Léon Prost

https://www.instagram.com/cumulables/

De haut en bas:

(1) Studio Materiel with details by Lorette Colé-Duprat and
Jules Lobgeois

(2) Constant Clesse, Studio Matériel, UAU Ceramics featured inside Laurène Guarneri’s

(3) Bling Studio

(4) Pia Chevalier

 

autres articles

michael schoner gallery nilufar chair

design fluide

Invité par la galerie Nilufar à participer à l’exposition collective FAR lors de la semaine du Design à Milan, Michael Schoner déploie un duo de chaises aux formes libres et aériennes…

stamp lamp jaune

good things

Basé à Toronto et New York, le designer canadien Jamie Wolfond explore des processus industriels de fabrication en concevant des objets d’intérieur aux lignes minimales et singulières..

une

Parfaitement singulier

Rares sont les designers qui entreprennent de pratiquer le laisser-aller pour mieux saisir le monde qui les entoure. C’est pourtant le cas d’Omayra Maymo, madrilène d’origine, vivant désormais à …

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu