vestiaire et prose

proêmes de paris

proemes de paris collection hiver 2018

À la fois solaire et sophistiqué, le vestiaire de Proêmes de Paris célèbre la littérature tout en s’enracinant dans un monde où tout s’accélère. Chaque vêtement est porté par un vent de liberté et fait honneur à la femme par des coupes aussi structurées que triomphales. Créé en 2014 par Marion Gauban Cammas et Ulysse Meridjen, le studio s’impose sans difficulté dans le paysage de la mode et affiche un désir d’abattre les frontières entre les disciplines.

proemes de paris mode collection photographie femme portrait chemise blanche

Votre instagram regorge de portraits de femmes. Les plans sont serrés sur leurs visages. Ils dominent parfois plus que le vêtement lui même. On aperçoit certaines d’entre elles dans des vidéos en noir et blanc pour le moins fantasmatiques et on en oublie presque notre intention de départ  : voir de la mode.

Ulysse  : Il s’agit en effet d’un projet plus global. On a réalisé cette série de vidéos dans le cadre d’une création avec le ministère de la culture. Pour ce projet, on a proposé à des femmes d’être filmé pendant leur lecture. Tour à tour, elles s’installaient devant la caméra et lisaient en silence des textes qui leur étaient propres. Elles pouvaient décider de les incarner, de laisser paraître leurs émotions ou simplement de ne rien montrer. Ça a donné lieu à une exposition: Les filles qui lisent.

Quelle était votre intention derrière cet ensemble de portraits vidéo et photo?

Ulysse  : En tant que jeune marque, notre seul moyen d’exister c’est par le digital. Notre travail est régulièrement alimenté par la question d’identité. Comment se représenter sur les réseaux sociaux par exemple  ? Ici, on a voulu approfondir le sujet et on s’est intéressé à l’idée même de lecture. Est-ce finalement un acte si détaché du quotidien  ? Comment peut-on le représenter  ? Ces réflexions ont donné lieu à une collection capsule imaginée par Marion. Des pièces de différentes saisons viennent également s’inclure dans ce projet.

Marion  : De manière générale, j’aime penser le vêtement comme une mise en image d’un concept. Je puise très souvent mon inspiration dans des textes. J’ai toujours eu du mal à développer un univers à partir d’images déjà existantes. La littérature m’offre plus de liberté.

Dans cette série de photographies, les femmes semblent libres, fortes, indépendantes. Elles nous scrutent du regard et s’imposent par des postures assumées. Est-ce quelque chose que vous cherchez-vous même à faire transparaître dans vos collections?

Marion  : On souhaite créer un vestiaire confortable, dédié aux femmes actives. Derrière cette volonté se cache en effet l’idée de liberté. Je pense le vêtement de façon à ce qu’il s’adapte à la femme et non l’inverse. Oui, la libération du corps est un aspect important dans notre réflexion.

proemes de paris collection

Une des vestes de la collection hiver attire par son motif. De loin, cela ressemble à un simple camouflage mais lorsque l’on s’approche on réalise que c’est une gravure.

Marion  : Oui. Il s’agit d’une partie de la couverture de l’encyclopédie de Diderot. Des allégories de la littérature, de la philosophie et des Arts dialoguent entre elles. J’ai extrait de cette gravure une image qui me fascinait, celle de la philosophie qui «  enlève le voile de la liberté  » – et j’ai imprimé cette image sur la totalité du vêtement.

Ulysse  : Avec Proêmes, on aimerait décloisonner la culture. Derrière ce processus d’impression on cherche à rendre intelligible des récits qui bien souvent sont perçus comme insaisissables. Bien sûr, on ne se voit pas comme des chevaliers blancs de la littérature, mais ça nous plaît de penser qu’à travers le vêtement, on peut interpeller, créer un dialogue de façon sensible et surtout accessible. Notre volonté c’est de sortir de l’obscurité des concepts qui, de premier abord, ne séduisent pas vraiment.

proemes de paris manteau vert hiver collection femme

Interview: Alice Lahana

Crédits photo: Grégoire Alexandre (1,3,5,6)

                    Mélanie & Ramon (2,4)

Crédit vidéo:  Romain Kinnoo

 

proemesdeparis.com

autres articles

une

Architecture Collective

Originaire de Moscou, l’artiste londonienne Nika Neelova recourt à l’installation et la sculpture pour explorer les relations entre corps humain et espaces architecturaux. Par ce qu’elle définit comme de l’archéologie inversée , elle détourne l’objet pour…

une

sutera

La jeune photographie européenne est à l’honneur au 104 , qui accueille jusqu’au 30 juin l’incontournable festival Circulations. Parmi les exposants, on se laisse surprendre par le travail de l’Italien Umberto Coa.

une2

penser les bases

Basé à Copenhague, Aure Studio offre une vision épurée et sensible de la mode. Préoccupé par les questions environnementales, ce groupe de créateurs nous invite à …

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu