ries estudio

jeu de lignes

Ries Estudio chaise Collection 2018

Créé en 2016, Ries Estudio propose un mobilier léger et minimaliste, directement fabriqué sur place à Buenos Aires. Ses deux fondateurs Marcos Altgelt et Tasio Picollo, soucieux du détail et du processus de fabrication de lʼobjet, ont développé leur studio au sein même de lʼatelier.

Pourriez-vous nous présenter votre studio ?

Nous avons démarré il y a trois ans, nous avions un studio vraiment très petit et pratiquement aucun outil, mais nous avons eu la chance de connaître une croissance rapide et, après un an, nous avons commencé à recruter des gens. Aujourd’hui, notre studio est au même endroit que notre atelier. Une partie de lʼéquipe travaille dans les bureaux sur le suivi de production et les modélisations, une autre partie fabrique dans l’atelier les commandes de mobilier. Nous imaginons le design et ensuite nous réalisons sur place ce que nous avons imaginé.
 


Donc, au tout début, vous aviez vous même à gérer la partie artisanale. Aviez-vous une quelconque expérience en fabrication ?

Non. En fait, nous avons tous les deux fait des études d’architecture, mais mon partenaire a travaillé dans un studio dʼéclairage et il était responsable des aspects techniques, donc il avait déjà une certaine aisance avec les machines. De mon côté, je travaillais dans une agence et je passais lʼessentiel de mon temps à travailler derrière un ordinateur.

Comment définiriez-vous votre design ?
 
Nous réfléchissons au mobilier comme nous réfléchissons à des immeubles. Notre travail est minimaliste mais particulièrement influencé par lʼarchitecture. Nous sommes très préoccupés par les lignes horizontales et verticales. Notre but principal est de trouver une façon efficace et esthétique de créer des jonctions entre elles.
Pour moi, le minimalisme peut être vu comme une approche sociale, qui est « si on produit moins, on consomme moins ». Diriez-vous que votre design est basé sur cette idée ?
 
Bien sûr, c’est un aspect de notre design, même si ce nʼest pas le seul. Nous devons penser à utiliser le minimum de ressources dont nous disposons afin de proposer un design accessible. Quand nous avons exposé nos créations hors dʼArgentine, à Londres par exemple, nous avons été confrontés à des clients qui ont un pouvoir dʼachat bien plus grand quʼà Buenos Aires. Il est très important pour nous dʼêtre accessibles et le minimalisme nous aide à y parvenir.
Pour nous, le minimalisme est aussi particulièrement utile pour se focaliser sur les détails, pour manipuler chaque aspect technique du mobilier.

 

Combien de temps vous faut-il en général depuis lʼidée jusquʼà lʼobjet final ?
 
Environ cinq à six mois, je dirais. Nous faisons beaucoup de prototypes ici dans lʼatelier. Parfois, on peut faire trente versions dʼune chaise avant dʼatteindre la forme finale.
 
Comment définiriez-vous la scène du design en Argentine ?
 
Je dirais quʼelle a pris de lʼampleur durant les trois dernières années, mais cela reste une petite scène. Lʼidée de faire du mobilier « contemporain » nʼest pas encore très présente.
 
   Pourriez-vous nous parler du projet Quick Tiny Shows ?
 

Oui, cʼest une série dʼexpositions au sein même de notre studio. Nous avons contacté Juan Garcia Mosqueda,  curateur et fondateur de la Chamber NYC Gallery, à propos de ce projet. C’était un de nos clients à cette époque et il a accepté de jouer ce rôle pour nos expositions. Nous montrons notre travail ainsi que celui de nos amis. Nous essayons de combiner des jeux de mobilier qui dialoguent entre eux. Le but de ces petits shows est de renforcer la conversation sur le design et de montrer la diversité et le dynamisme de la scène du design en Argentine.

 Quels sont vos projets futurs?

On travaille sur plusieurs collections en même temps. Pour lʼune dʼentre elles on va uniquement exploiter le bois, cʼest tout nouveau pour nous. En ce moment, on expérimente aussi des moulages dʼaluminium pour de nouvelles pièces qui seront prochainement exposées à la Fracas Gallery à Bruxelles.

 
 

Interview: Alice Lahana

Crédits photo: Aro Chair (1,2) par Mercedes Bassano

                    Bee side tables & Quick Tiny Shows (3 à 10) par Javier Agustin Rojas

http://www.ries.com.ar/en/

Autres Articles

une

Men don’t play

Jeune photographe autrichien, Simon Lehner explore le concept d’hyper-masculinité à travers sa série Men don’t play.
Fruit d’une longue immersion dans des camps de simulation de guerre en Hongrie, son projet nous transporte dans …

arthur hoffner fontaines villa noailles

les contemplations

Arthur Hoffner, jeune designer diplômé de l’école Boulle et de l’Ensci, déploie un monde onirique et sensible à travers la création d’une série de fontaine. Mélange habile de …

articleUne

do it yourself

Diplômé de mathématique en 2008, Alexey Shlyk quitte son pays natal, la Biélorussie et s’installe en Belgique. Il intègre la très réputée Royal Academy of Fine Arts à Antwerp où il étudie la photographie. A travers sa dernière série Appleseed Necklace, le photographe pose un regard satirique …

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu