Rosanna Lefeuvre

Tisser l'intimité

rosanna corps culotte t-shirt blanc
Fruit d’une élaboration artisanale consciencieuse, les tissages de Rosanna Lefeuvre captivent par leur préciosité. Chaque fil blanc est étudié pour recevoir une couleur, saisir une lumière ou contenir une ombre. « Je passe les fils un par un dans un métier à tisser. Il me faut en moyenne deux jours pour réaliser un tissage. Cela paraît long mais en réalité ma technique est relativement rapide. Certaines tapisseries peuvent nécessiter plusieurs années de travail. » explique simplement Rosanna. Une fois le tissage abouti, la jeune artiste applique par transfert sur l’ensemble des tissages, ses photographies, prises préalablement. Avec sa série Jane, Rosanna jette un regard pudique sur l’intimité d’une femme et capte des parties de son corps ou des instants de sa vie.

« Les tétons des femmes sont cachés sur les réseaux sociaux comme si les rendre invisibles supprimait la charge érotique, alors que finalement c'est tout l'inverse. »

Plusieurs jours pour tisser mais une fraction de seconde pour prendre une photographie : les deux pratiques semblent à première vue opposées. Pourtant dans le travail de Rosanna, ce n’est pas si formel.
«  La photographie est aussi pour moi le fruit d’un long processus. Mes séances photos s’étendent très souvent dans le temps, et des mois peuvent s’écouler sans que je regarde ce que j’ai produit. J’ai besoin de garder une distance, de prendre le temps avant de me confronter à mon travail. »
Avec Jane, le drapé s’offre à nous aussi bien dans la réalité que dans l’image elle-même. Les tissus sont suspendus au mur et flottent dans le vent. Les vêtements de Jane eux, regorgent de plis et de contrastes. Les tissages et le sujet exploré ne font qu’un et ne manquent pas de nous rappeler les peintures de la renaissance. 
 

« Je suis fascinée par la manière dont a été utilisé le drapé dans la peinture classique, comme un moyen de suggérer le corps de la femme. On voile, on cache, on censure et c’est paradoxalement ainsi qu’on érotise le corps. Aujourd’hui on retrouve cette même obsession pour la pudeur. Les tétons des femmes sont cachés sur les réseaux sociaux comme si les rendre invisibles supprimait la charge érotique, alors que finalement c’est tout l’inverse. »

corps femme couleurs pastels

« Je cherche à montrer les femmes telle que je les vois. »

Ici, ce n’est pas seulement l’image d’un corps de femme qui s’offre au regard. C’est un corps pulpeux, gracieux, pudique. La peau est laiteuse, les couleurs pastels. Le tout se révèle sur la surface d’un tissage délicat et précieux. Face à cet ensemble d’évocations, je m’interroge sur les intentions de Rosanna : s’agit-il d’explorer la femme ou l’idée que l’on se fait de la femme ? 
« J’ai été surprise de lire que mon travail montrait une femme pulpeuse dans une démarche féministe. » raconte Rosanna. « Je cherche à montrer les femmes telle que je les vois. Jane est simplement une femme que j’ai connue et qui m’a inspirée. » 

 

jane photographie femme de dos
 
Rosanna Lefeuvre n’hésite pas à réaliser des commandes à côté de sa pratique personnelle. Sur son site, on découvre un ensemble de photographie sous le nom de Mascarade. Les couleurs ici sont vives, les visages surchargés de maquillage, les regards étudiés. « Pour cette série, je n’étais pas chargé de la direction artistique. C’est très intéressant pour moi de me retrouver dans cette position, d’abord parce que la temporalité est différente – très souvent cela ne dure que quelques heures – et ensuite parce je suis là uniquement pour faire des images. Cela me permet de me détacher du sujet, de le découvrir sous un prisme différent. »

Interview : Alice Lahana

Crédits photo: Rosanna Lefeuvre

http://rosannalefeuvre.com/

autres articles

articleUne

Empreintes

Chercheuse et designer Allemande, Annika Frye travaille entre la théorie et la pratique. Elle explore avec rigueur les qualités techniques et esthétiques du design industriel et les processus expérimentaux qui en découlent…

simone holliger

Les formes libres

Les sculptures de Simone Holliger envahissent l’espace autant que nos esprits. Flottantes, difformes, majestueuses, elles nous dominent avec une assurance troublante. On se sent petits mais étrangement apaisés. Peut être parce qu’elles invoquent en nous des souvenirs d’enfance ou bien parce qu’elles nous projettent dans un décor de théâtre – abstrait, coloré, silencieux. Crayonnées pour …

une

Womb

Jeune photographe française, Lucile Boiron explore le transit du corps humain et d’autres formes de vie organiques. Ses images nous atteignent par ce qu’elles ont d’intime et parfois nous gênent.  À l’occasion de la sortie de son livre Womb en Septembre 2019, L’Observatoire a demandé à Lucile de nous donner un aperçu de son travail photographique..

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu