dans son regard

quand le photographe raconte

Sarah Pannell

snapshots, Iran

La photographe australienne Sarah Pannell voyage depuis plusieurs années en Iran. De Téhéran à Trabiz, Elle saisit aussi bien des instants de vie que de vastes paysages pleins de lumière. Ses déambulations urbaines sont pour elle un moyen de s’interroger sur les différentes facettes du Moyen Orient. L’Observatoire a sélectionné une série de tirages et a proposé à la photographe de nous en dire quelques mots. Sarah Pannell s’est prise au jeu.

« C’était à Nowruz, dans la province de Gilan. En route pour  Masuleh, un village assez pauvre de la région, je me suis arrêtée pour prendre le thé. Dans un parking, j’ai aperçu ces tapis, qui étaient suspendus pour sécher, malgré les conditions hivernales et une bruine presque constante. »

« Je passe beaucoup de temps sur la route dans ce grand pays vaste. Lors de mes voyages, je prends toujours plaisir à m’arrêter pour prendre un thé ou un repas, ce qui m’amène régulièrement à découvrir des restaurants et des intérieurs singuliers, comme celui à droite. »

sarah pannell cornet de glace téhéran

« À gauche de ce diptyque, c’est une photo que j’ai prise lors d’une nuit très froide et pluvieuse dans la ville frontalière de Piranshahr, près de la frontière irakienne. Nous cherchions un endroit pour dormir et nous avons fini par passer la nuit dans une classe de lycée. À droite, c’est une accumulation de cornets de crème glacée dans un lieu nocturne prisé de Téhéran, appelé Bam-e Tehren, ou le «toit de Téhéran». »

« Ces images sont reliées entre elles par leurs couleurs, bien qu’elles aient été prises dans des lieux très différents. J’ai photographié l’image à droite lors de mon arrivée à Ispahan, un matin où il faisait particulièrement chaud. J’étais fascinée par cette peinture murale en nuages qui bordait la route. »

sarah pannell photography

« J’ai photographié un groupe de femmes à la mosquée Imamzadeh Saleh à Tajrish, Téhéran. J’étais hypnotisé par la multitude de miroirs qui scintillaient à l’intérieur. En ce qui concerne la photo à droite, je l’ai prise dans les montagnes enneigées du Kurdistan. Je trouve que ces deux photographies dialoguent bien ensemble. Les montagnes semblent scintiller elles aussi. »

« L’une des choses que je préfère en Iran c’est qu’on y mange tout le temps. Un soir à Tabriz, mon ami Amir nous a quitté quelque instant pour revenir avec une plaque de baklava. La première image provient d’un quartier très animé du centre-ville de Téhéran. »

Texte : Alice Lahana & Sarah Pannell

Crédits photo: Sarah Pannell

sarahpannell.com

autres articles

une

Bien sous tous rapports

La double clique voit le jour en 2018 à Mulhouse. Ses deux créateurs, Trystan Zigmann et Thomas Roger développent des objets aux formes tubulaires, avec une précision redoutable. Oscillant entre primitivisme et futurisme, ces pots, vases et bols attirent le regard par leurs corps riches en courbes et en verticales…

articleUne

Les ambiguïtés

Fabriquées à la main, les pièces sculpturales du designer Sigve Knutson oscillent entre abstraction et futurisme, design et artisanat. Souvent ludiques, plus rarement fonctionnelles, elles évoquent des statuettes primitives et s’installent dans l’espace telles des personnages imaginaires…

michael schoner gallery nilufar chair

design fluide

Invité par la galerie Nilufar à participer à l’exposition collective FAR lors de la semaine du Design à Milan, Michael Schoner déploie un duo de chaises aux formes libres et aériennes…

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu