satomi minoshima

net et précis

satomi minoshima sac beige

Membre du collectif Dutch Invertuals, la designer Satomi Minoshima évacue tout ce qui est inutile avec une aisance stupéfiante. “J’essaye de communiquer le plus simplement possible. Dans le design, je préfère la soustraction à l’addition.” Raconte t-elle. Abat le surplus, le complexe et le précieux. Dans le design de la jeune japonaise, ce qui prime c’est d’abord l’invisible. Celui des coutures des Skin Tote qui se fondent dans les plies et les courbes de ces contenants couleur chair.

"L'idée est simple: La peau est juste un contenant qui transporte une personnalité - comme un sac."

corps humain nu

Pensés comme des peaux, ces sacs en silicone se veulent le reflet d’une humanité riche en contraste. Intrigués par sa série de photographie dans laquelle des corps nus répondent aux sacs à moitié vide, on se questionne sur la possibilité d’un design engagé politiquement. “Je ne dirais pas cela mais mon expérience personnelle d’expatriée japonaise dans une société multiculturelle comme les Pays-Bas, a bien entendu joué dans mon désir de développer un projet comme celui de Skin Tote. Il m’arrive encore parfois, comme beaucoup, d’être victime de racisme. J’ai en revanche la chance, comme peu, d’être entourée de personnes qui me respectent et acceptent mes différences culturelles – des personnes qui ne me jugent pas par ma couleur de peau. De cette réflexion est né Skin Tote. L’idée est simple: La peau est juste un contenant qui transporte une personnalité – comme un sac. “

Moins ancré dans la réalité mais tout autant déroutant, on découvre le sac minimaliste Hem. Composé de deux carrés de lin noir semi-transparent reliés entre eux par de fines bandes de latex, le tote bag captive par son graphisme et sa simplicité.

Satomi trouve son inspiration dans les rencontres et les hasards, comme pour sa collection en céramique Clay-amplifier. “Lors d’un diner chez une amie, je l’ai aperçu déposé son téléphone dans une tasse et l’utilisait comme une enceinte. Cela m’a donné envie de faire des recherches sur l’histoire de la céramique. J’ai alors découvert qu’on s’en servait déjà à l’antiquité comme un moyen d’amplifier les sons.” Combinée à la technologie (nos smartphones), cette technique ancestrale renait de ses cendres avec grâce par une addition de formes simples et délicates.

Récemment, la designer a exploré une nouvelle façon de travailler le cuir en concevant une série d’assises gonflables. Composée d’un canapé, d’une chaise et d’un pouf, la série offre un nouveau regard sur le mobilier gonflable jusqu’à là désuet et impermanent.

Texte: Alice Lahana

Skin Tote – Credits © Satomi Minoshima

Hem bag & Clay Amplifier – Credits © Keisuke Fujita 

Inflatable leather Credits – © Ronald Smits / Design academy Eindhoven

https://www.satomiminoshima.com/

 

autres articles

vasatnah vache colorée dans l'eau

Visual Myth

On the verge of the publication of his fifth photo book Howling Winds in the series A Myth of Two Souls, L’Observatoire speaks to French photographer Vasantha Yogananthan. He is about ..

une

Penser au delà

Fondé en 2016 à New York par Roza Gazarian et Anna Aristova, A Space est un studio de design résolument indépendant.
Qualifié de « studio itinérant » par ses créatrices, il évolue au gré de leurs voyages. Aller au delà des frontières est leur maître mot.

Flensted-Mouritzen-Reform2018-Design-Studio-Copenhague

la maitrise du hasard

Après des études en Angleterre à la Central Saint Martins, Troels Flensted crée son propre studio en 2015, dans sa ville d’origine à Copenhague. Il explore par des processus singuliers et artisanaux…

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu