sophia taillet

le verre dans tous ses états

collection curve vase boule pierre

Diplômée des Arts décoratifs, la jeune designer Sophia Taillet déploie avec une sensibilité rare une nouvelle collection d’objets et de mobilier en verre. Aboutissement d’une résidence de six mois dans un centre verrier dans l’Yzeure, la collection repose sur un équilibre entre formes organiques et jeu de lumière.

« Ce qui me fascine dans le travail du verre, ce n'est pas seulement le résultat final, c'est le processus en tant que tel. C'est de l'ordre de la performance. »

miroir collection curve sophia taillet

« Une résidence cela permet de douter, de remettre en question sa pratique et de se confronter à soi-même sans se sentir observer. » confie Sophia Taillet. Tout au long de son immersion, elle explore les différentes techniques de transformations du verre, du thermoformage au verre soufflé en collaborant avec des apprentis-artisans sur place. Eloignée de sa zone de confort, Sophia dit « avancer à l’aveugle » et mène une réflexion à la manière d’une plasticienne. « Ce qui me fascine dans le travail du verre, ce n’est pas seulement le résultat final, c’est le processus en tant que tel. C’est de l’ordre de la performance. »

Chaque jour Sophia Taillet propose de nouvelles expérimentations aux étudiants. Ensemble, ils tentent se rapprocher au plus proche de l’objet imaginé. Tout repose sur le souffle, la chaleur et le geste.

« C’est une matière inépuisable. Les apprentis s’entrainent tous les jours. Ils soufflent le verre , expérimentent des formes, se confrontent aux limites de cette matière puis une fois la journée terminée, ils cassent toutes leurs productions et mettent tous les morceaux à fondre dans les fours. »

 

sophia taillet collection miroir curve béton

Récemment exposé à la galerie Via (Paris), l’ensemble, aussi cohérent qu’éclectique s’installe dans l’espace par un jeu de contraste entre des textures granuleuses et des volumes organiques. Pour en arriver là, Sophia Taillet « prend le chemin inverse ». Elle explique que produire un objet fonctionnel n’est en réalité pas son intention première. «C’est la saisie de la matière, la découverte de ses aspects techniques qui vont d’abord m’intéresser. La question de la fonctionnalité m’apparait dans un second temps. Donner un usage à une forme me permet de rendre accessible ma pensée et mon processus. »

sophia taillet table plateau jaune reflet lumière

Texte : Alice Lahana

Crédits photo: Sophia Taillet (1,5,6)

                    Juline Dar De Gervais (2,3,4)

 

http://www.sophiataillet.com/

autres articles

une2

Hyères, et après?

Récompensée par le très prestigieux prix Chloé au festival d’Hyères en 2016 pour sa collection homme, Gesine Foersterling marque les esprits en abattant les frontières entre masculin et féminin. Des broderies et des tissages s’entremêlent sur fond de coupes brutes, inspirées de..

une

sutera

La jeune photographie européenne est à l’honneur au 104 , qui accueille jusqu’au 30 juin l’incontournable festival Circulations. Parmi les exposants, on se laisse surprendre par le travail de l’Italien Umberto Coa.

ue

formes en scène

Récemment exposante au Salon de Montrouge, l’artiste Pauline Cordier déploie un travail sculptural autour du langage et de l’espace…

© L’Observatoire Magazine – 2019

Fermer le menu